Forum privé
 

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet Partagez
Si facile à embêter ! [PV Le fou]
Kurapika
Messages : 368
Date d'inscription : 26/05/2018
MessageSujet: Si facile à embêter ! [PV Le fou] Si facile à embêter ! [PV Le fou] EmptyLun 22 Oct - 13:24
Judal
Lune Argentée
Age - 19 ans
Univers - Magi
Camp - Magi de Valuan
Attribut Lunaire - Vie et Mort
Inventaire
Une baguette magique (qui peut prendre l'apparence d'un trident)
Souris, t'es filmé ! -
Rien de plus important que l’heure de la sieste. Il n’est pas rare de voir le Magi somnoler contre les branches d’un arbre en pleine journée ou sur un toit. Ce qui l’a pas mal refroidit en remarquant les risques élevés de se faire foudroyer dans son sommeil, au sens propre du terme. Maudite lune jaune. Aussi il commence à prendre l’habitude de se coucher dans un vrai lit, dans la chambre qui lui a été attribué. Moelleux mais moins confortable que celui de Sinbad. … Ne pas voir de sous-entendu, c’est un fait, c’est tout. Cela fait d’ailleurs quelques temps qu’il n’a pas embêté ce stupide roi. Il va falloir remédier à ça ?

Couché dans son lit, la tête enfoncé dans le matelas, sa longue natte gisant sur le côté, il balance ses jambes en l’air, sourire stupide aux lèvres. Judal se demande si le roi des 7 mers est toujours sur le lune jaune ? Le connaissant, il a dû trouver refuge sur l’une des îles de la lune bleue. Il va falloir qu’il y fasse un tour dans quelques temps. Laissons-le un peu s’installer avant de chercher les ennuis. En attendant, il peut s’autoriser un peu d repos bien mérité. (Enfin, pour le mérite, tout est relatif.)

Judal termine de manger sa pêche puis roule en boule sur son lit, fermant les yeux. Il ne tarde pas à rejoindre les bras de Morphée qui lui accorde un doux rêve de domination et de chaos. S’en est presque succulent. Ce n’est finalement qu’une bonne heure plus tard qu’il se réveille en grimaçant, les yeux encore bien fatigué. Qu’est-ce qui l’a tiré de son sommeil ? Un grincement sous son lit répond à la question. Le Magi reste figé sur place. Il n’est pas seul. Finalement, un coup d’œil à sa fenêtre ouverte le fait sourire de manière sarcastique. Un pauvre oiseau blessé venu se réfugier sous son lit, apeuré par ce monde cruel.

Le Magi ricane et renverse sa tête hors du lit, les jambes toujours contre le matelas. Ses yeux rubis ne croisent pas de petit oiseau mais … une face flippante qui lui sourit. Prit au dépourvu par cette horrible apparition, il pousse un crie et bondit hors du lit. Ou plutôt en lévitation dans les airs, son dos touchant pratiquement le plafond.

« AAAAH !!! » Le cœur battant à tout rompt, par reflexe, il sort sa baguette et provoque une rafale de vent qui dégomme le lit, ce dernier allant se fracasser contre le mur. Un lit cassé, un ! Ce n’est pas la première fois et ce ne sera pas la dernière.

Alors, il distingue le corps du Fou. Judal bug un moment en le regardant, toujours dans les airs.

« Mais … Mais … MAIS CA NE VA PAS NON ?! »

Quand est-ce qu’il est entré ? Par où ? Pourquoi ? Pourquoi est-ce qu’il ne l’a pas entendu ? Et surtout qu’est-ce qu’il faisait SOUS son lit ? Ne trouvant aucune réponse logique à sa portée, le Magi perd patience et lui envoi des mini rafales de vent. Judal, quelqu’un d’impulsif ? Si peu.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
MessageSujet: Re: Si facile à embêter ! [PV Le fou] Si facile à embêter ! [PV Le fou] EmptyDim 11 Nov - 21:52
Joan Leibsberg
Lune Argentée
Age - 25 ans
Univers - L'Assassin Royal
Camp - Le mien
Atrribut lunaire - La vie et la mort
Inventaire
- Un bâton où est taillée une tête de rat
- Un chapeau à grelots
Le soleil m'aveuglait alors que je fixai le ciel à la recherche des oiseaux migrateurs. Ils partaient plus tardivement d'années en années, comme si quitter leurs nids devenaient une tâche de plus en plus ardue. On s'habitue à ce que l'on a. On s'habitue à l'inconfort et aux froides saisons. On parvient à faire sa place, à se nicher, dans les endroits les plus inconfortables pour peu que notre volonté soit assez forte. Ensuite... Eh bien, c'est simple : soit on s'adapte, soit... On meurt. J'avais, moi, choisis de m'adapter. Pour l'instant, je ne m'en sortais pas trop mal puisque je respirais encore. J'abaissai la main que j'avais placé en visière contre mon front et détournai le regard de l'astre glacé. Oui, je m'en sortais même plutôt bien malgré la douleur qui harassait mon dos et mon épaule depuis tout à l'heure. Raisons pour lesquelles j'étais actuellement assis là, dans un coin reculé de la cours du château, adossé contre les pierres froides de la muraille. Ils ne m'avaient pas loupé, cette fois, avec leurs pierres. Mais ce qui ne tue pas rend plus fort.
Je refermai mes doigts autour de mon bâton, laissé à l'abandon à côté de moi, et me redressai laborieusement. J'avais l'impression soudaine d'être un vieillard courbaturé. Je m'en sortirai avec quelques contusions qui se transformeraient rapidement en bleus puis disparaîtraient. Rien qui ne m'était pas déjà familier. C'est le sort que l'on réserve aux fous à la langue trop bien pendue.

Je contournai la tour et m'engouffrai dans un petit passage que je connaissais bien et me permettait de prendre quelques raccourcis parfois très utiles. Je finis par arriver dans l'une des réserves de la cuisine. J'en soulevai la trappe et me glissai parmi les sacs de farine et d'avoine. J'aimais cette odeur régressive qui me rappelait les granges de campagne. Je m'autorisai à fermer les yeux un petit instant pour en ressentir les bienfaits olfactifs avant de reprendre ma pénible route aux étages supérieurs. Je ne croisai personne... Ou, plus exactement, je sus me rendre invisible aux rares gardes déambulant dans les couloirs. Il ne m'était pas interdit de me promener mais je ne voyais pas l'utilité de me faire repérer. Cela aurait causé des œillades, voire des questions agaçantes pour les plus curieux d'entre eux.

Je sortis sur l'une des terrasse et soufflait dans mes mains pour les réchauffer et les protéger du froid, avant de prendre mon élan. Tel un chat, je me faufilai par la fenêtre entrouverte de la chambre du Magi. Pourquoi lui, en particulier ? Parce que, si j'étais sortis de ma chambre aujourd'hui, ce n'était pas pour divertir la reine – elle ne m'avait rien demandé – mais bien pour le voir lui. Mes plans avaient été retardés par quelques idiots qui n'avaient d'intelligence que dans leurs poings.
Judal dormait à poings fermés. Je décidai donc de me glisser sous son lit. J'y serai à l'abri du froid, et mon dos avait besoin d'un peu de repos. Je fis rouler mon bâton sous les lattes avant de le suivre et de me blottir dans le recoin le plus sombre, tête vers l'extérieur, les yeux laissés ouverts. Il ne fallut guère de temps pour que j'entende le bois grincer.
La tête de Judal apparut, ses yeux fouillant la pénombre. Je lui fis un sourire moqueur. Le Magi pensait-il qu'un monstre se cachait sous son lit ? Pour seule réponse, un cri répondit à ma question silencieuse. Le lit se fracassa contre le mur, manquant de heurter ma tête et mon frêle petit corps. Quelques bouts de bois s'éparpillèrent sur le sol alors que Judal flottait au-dessus de moi, presque plaqué contre le plafond.

Oui. J'avais su m'adapter, mais il restait encore quelques ajustements à faire si j'avais vraiment envie de survivre. Le vent qui suivit me projeta contre le mur par accoues. Mon sourire se transforma en grimace. J'attendis qu'il s'apaise un peu avant de prendre la parole :

« Quelle idée de dormir au beau milieu de l'après-midi alors que tu as tant de choses à raconter ! J'étais venu écouter ton récit de la bataille à Yafutoma. Il ne me manque que ta version. Tous les autres clament haut et fort ce qu'ils ont vu mais pas toi. »

J'époussetai les sciures de bois ayant recouvert mes vêtements avant de croiser mes jambes en tailleurs, retrouvant un sourire tout enfantin.

« C'est dommage que tu aies cassé ton lit, le sol n'est pas très confortable ! » je penchai la tête sur le côté en regardant Judal. « Oh. Est-ce que tu aurais un peu d'onguent ? »

Revenir en haut Aller en bas
Kurapika
Messages : 368
Date d'inscription : 26/05/2018
MessageSujet: Re: Si facile à embêter ! [PV Le fou] Si facile à embêter ! [PV Le fou] EmptyVen 16 Nov - 11:31
Judal
Lune Argentée
Age - 19 ans
Univers - Magi
Camp - Magi de Valuan
Attribut Lunaire - Vie et Mort
Inventaire
Une baguette magique (qui peut prendre l'apparence d'un trident)
Souris, t'es filmé ! -
Judal consente à se calmer mais reste volontairement en hauteur, croisant les bras en observant ce drôle d'énergumène qu'est le fou. A ces dernières question, il fait la moue et lui jette un regard suspicieux.

« Tu m'as pris pour un marché ou quoi ?! Débrouille toi pour trouver ce que tu as besoin, je ne suis pas ton serviteur ! » Pour la peine, il lui envoi encore quelques jais de vent, pas bien fort cette fois-ci. « Et puis, ce n'était pas sur la lune bleue mais sur la lune verte qu'on a combattu, crétin ! »

C'est assez étrange d'appeler quelqu'un par ce petit crétin, quand on sait qu'il l'utilise généralement pour une seule et même personne : ce stupide Sinbad. Où est-ce qu'il est maintenant ? Est-ce qu'il a quitté la lune jaune ? Pour son bien, il vaut mieux. Mais Judal espère pouvoir le trouver facilement, après tout, Sin a toujours été sa cible favorite et il l'espère, son futur roi. Ah lalala, Judal, tu espères encore après lui avoir dit que tu abandonnais l'idée ? Impossible de mettre de côté une idée qui vous ronge depuis déjà plusieurs années.

Son regard s’éclaire néanmoins, ayant hâte de raconter au fou ce qu'il s'est passé à Horteka. Un sourire enfantin se dresse sur ses lèvres alors qu'il bondit enfin sur le sol près de la petite silhouette du Fou. Judal ressemble à un gamin près à raconter ses vacances. C'est un peu le cas ! Pour lui, c'était fort distrayant. Il se laisse aller dans la passion qui l'emporte alors.

« L'autre Reine là, je ne sais plus son nom, elle a ordonné une attaque sur Horteka pour rassembler quelques futurs esclaves. Mais bon, ils ne savent jamais voir les choses en grand ces soldats. » Judal secoue la tête dépité et pousse un soupire à fendre l'âme, se positionnant en tailleur à un mètre du sol, jouant avec sa longue natte.

« Du coup, j'ai pris les choses en mains. J'étais au dessus de la cité, et BANG !!! » Il s'envole dans le chambre, jusqu'au plafond et abaisse brusquement les bras, faisant ainsi tomber sur le sol des multitudes de mini pics de glace, prenant cette fois-ci soin de ne pas toucher le fou. « C'était bien plus impressionnant que ça hehe ! Les gens hurlaient -et mourraient aussi- ! C'était drôle jusqu'à que Monsieur l'Iceberg aveugle décide de former un bouclier de glace. Franchement, certaines personnes ne savent pas s'amuser ! PUIS les dragons sont arrivés ! » Il virevolte en imitant les dragons puis enfin se pose directement devant le fou. « Apparemment le roi de Nasr c'est déplacé en personne. Oui, bah je ne pouvais pas savoir que c'était lui quand j'ai attaqué. » Il hausse les épaules. Peu importe.

« Puis l'armée à attaqué. C'était un vrai champ de bataille ! Mais j'ai pas vraiment pu m'occuper de ce qu'il se passait en bas. Un minus a débarqué en altitude pour me mettre un coup de poing puissance 1 000 ! J'ai mis mon bouclier, mais outch quand même ! Bwah, comme tu le vois, je suis encore vivant ! » Ricane Judal en ouvrant les bras, ne semblant pas plus perturbé que ça d'avoir frôlé la mort. Le Magi et la notion du danger ? C'est à revoir.

Judal est une machine à tuer qui ne porte son intérêt qu'à la guerre …. Et à un certain roi.

« Dommage que le stupide Sinbad n'était pas là, ça aurait été encore plus amusant. » Il secoue la tête. « Mais en fait, il y a une fille aussi petite qu'un champignon qui m'a soigné ! C''est bizarre, mes Rukh avaient l'air de la reconnaître ! C'est vrai qu'elle avait quelque chose de familier. » Il penche la tête sur le côté. Oh vous savez Judal et la mémoire des gens … C'est une toute autre histoire. Il fini par hausser les épaules.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Joan Leibsberg
Lune Argentée
Age - 25 ans
Univers - L'Assassin Royal
Camp - Le mien
Atrribut lunaire - La vie et la mort
Inventaire
- Un bâton où est taillée une tête de rat
- Un chapeau à grelots
Face à sa véhémence, je ne pus empêcher un léger rire de franchir la frontière de mes lèvres. Plus susceptible et explosif que Judal, c’était difficile à trouver. Mais tout feu tout flamme qu’il était, il ne manquait pas non plus de puissance et donc d’un peu de jugeotte… Et parfois, il paraissait plus tendre, plus enfantin. Un être intéressant de par son caractère aussi changeant que les vents qu’il cessa peu à peu de m’envoyer au visage, ne laissant sur mes joues que le souvenir d’une douce brise. Je lui tirai la langue retenant la réplique qui me venait en tête pour ne pas attiser une nouvelle vague de houle. Je savais parfois ne pas provoquer de cataclysme impromptu même si, d’ordinaire, je ne me gênais pas vraiment. Mais Judal n’était pas un noble de la cour à qui il fallait rabattre le caquet par quelques cabrioles linguistiques.

« Oh… Quel distrait je fais… Mais c’est bien sûr ! La lune verte ! »

Je claquai des doigts, comme si je venais de me souvenir d’un détail important qui m’avais, jusqu’alors, échappé. Cette lune verte qui ne cessait de revenir hanter mes rêves malgré ma récente rencontre avec Akira. Je me demandais bien si tout ceci avait une quelconque signification, au final. Je me laissai retomber contre le mur et posai ma tête contre la pierre en fixant Judal qui, peu à peu, perdait de l’altitude. Finalement, il bondit près de moi, aussi vif que surprenant. Je tournai la tête vers lui, sondant de ms yeux gris la chaleur de son regard. Mon interlocuteur avait perdu toute forme d’indignation, il s’apprêtait à raconter une palpitante aventure qui ne manquerait pas de détails croustillants et de rebondissements.
Il était tout de même étonnant que le Magi de la Cour ne connaisse pas même le nom de la Reine pour qui il avait dressé ses étendards. D’autres personnes se retrouvaient-elles dans le même cas que lui ? A vivre simplement sans se poser de questions politiques, de questions sur le Bien, sur le Mal, sur sa place au sein de cette horde d’attaques ? Pour quoi se battaient-ils alors, ces gens ? Pour le goût de l’aventure, le plaisir d’avoir un camp ? Ses propos me laissèrent très songeur, et je ratai le début du récit.

Le BANG me ramena aussitôt à la réalité. Je levai les yeux vers un Judal qui s’était à nouveau laissé porter dans les airs, en face de moi. Des pics de glace se formèrent un peu partout, tombant dans la pièce, plantant leurs crocs dans le sol, éclatant en milliers de cristaux. Je tendis la main pour que quelques pétales de glace tombent au creux de ma paume. C’était très froid.
Les dragons ? Je ne lâchais pas Judal des yeux alors qu’il donnait vie à son récit de manière théâtrales. Je m’étais redressé, désormais assis sur mes genoux, fixant le Magi d’un air admiratif. Peut-être était-ce ça : Judal était à sa place parce qu’il voulait être dans le feu de l’action, vivre des batailles. La reine avait dû le comprendre. Elle avait ce don : comprendre. Comprendre le désir des gens et l’utiliser habilement pour accroître ses rangs. Il avait sûrement suffi d’une promesse pour que le Magi prenne ses fonctions. Il ne semblait pas s’en plaindre, bien au contraire. Il avait l’air aussi bienheureux qu’un nouveau-né – si tant est qu’un nouveau-né soit bienheureux.

« Comment ils étaient, les dragons ? Gros ? Crachaient-ils du feu comme dans les légendes ? » m’empressai-je de questionner mon interlocuteur. « Quelle était leur couleur ? T’as des cicatrices ? »

Sinbad. Ce n’était pas la première fois qu’un tel nom naissait de sa bouche. Qui était-il donc ? Je ne lui avais jamais vraiment posé la question.

« Et c’est qui ce mystérieux Sinbad ? Ton amoureux ? » me moquai-je avant de me redresser sur mes deux jambes pour m’étirer. « Il y a beaucoup trop de zones d’ombre dans ce récit mon très cher et noble Judal ! Des personnages qui échappent à mes connaissances. Sinbad, une mystérieuse jeune femme envoyée là pour soigner des blessés… » j’enfonçai mon doigt contre la poitrine de Judal. « CU-RI-EUX ! »

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Si facile à embêter ! [PV Le fou]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» cake super facile
» Des sous facile!
» Akan Facile
» T'écrire est souvent plus facile que te parler ♪ ♦ Lisabeth & Lilieth
» [Mission] C'est pas facile tous les jours

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Skies of Arcadia - crossover manga :: ARCHIVES ARCADIA :: Zone RP :: Zone RP :: Lune jaune - Civilisation Jaune - Les Valuans :: Continent Valuan :: Haut Valua-
Poster un nouveau sujetRépondre au sujet